Si vous le souhaitez, vous pouvez choisir un territoire ou une thématique

Afficher toute la programmation
Portrait d'artistes Baro d'evel

Baro d’evel, c’est d’abord Camille Decourtye et Blaï Mateu Trias, tous deux nés à l’orée des années 80, lumineux de franchise et d’humanité.

Blaï est, comme on dit parfois rapidement, un enfant de la balle, qui serait plutôt un enfant du chapiteau, des fêtes populaires catalanes et d’une langue trop longtemps interdite. De ses parents et des courants artistiques post-Franco, il hérite la souplesse, la circulation entre les projets, l’envie de mille choses et la force de les rendre possibles. Nourri de cette culture politique dans une Catalogne post-franquiste  et des expéditions avec Clowns sans frontières, il franchit celle qui sépare l’Espagne de la France et il rencontre Camille en 1997 à l’École nationale des arts du cirque à Rosny-Sous-Bois (ENACR), avant de rejoindre  le Centre national des arts du cirque à Châlons-en-Champagne (CNAC).

Quand on leur demande d’où ils viennent, Blaï répond toujours “de Catalogne”  et Camille parfois “de la campagne”. La campagne pour Camille, c’est certes la Beauce, mais c’est d’abord le cheval, les chevaux avec lesquels elle grandit. Sa mère fait entrer le cheval dans la vie de son amoureux, en l’emmenant  sur les routes, avec Camille dans le ventre, leur premier fils et une jument. La roulotte et les voyages font le reste : ils déposent sur le berceau de Camille  le rêve d’y revenir. C’est ensuite la formation de voltigeuse. Les mains à mains. Les prises de risque ensemble. Puis l’ENACR, la rencontre avec Blaï, et l’arrivée du chant lors des cours hebdomadaires proposés par l’école, la découverte d’une voix puissante. C’est enfin l’entrée au CNAC, les roulottes, les soirées au coin du feu. Et ce nom, souvenir d’une autre époque, qui surgit quand on en cherche un : “Baro d’evel”.

Voilà vingt ans que Baro d’evel trace un sillon singulier. Invitant le cirque à fleurter avec le clown, la danse, l’opéra et le théâtre, ses créations ont marqué les scènes européennes par l’invention d’un langage poétique total, transformant les matières et affutant les contrastes. Accompagnés par une tribu d’humains et de non-humains, Camille Decourtye  et Blaï Mateu Trias explorent les nuances du vivant dans une dramaturgie  en mouvement à l’écoute de ce qui nous éloigne et de ce qui nous relie.

Barbara Métais-Chastanier, “Baro d’evel”, dossier sur le site d'Artcena

(c) François Passerini

Il n'y a pas de spectacle pour cette recherche

Identifiant ou mot de passe incorrect

Vous êtes connecté, vous allez être redirigé